Bernard Magrez lance le premier incubateur dédié aux start-ups de la vigne, du vin et de l’œnotourisme

Bernard Magrez lance le premier incubateur dédié aux start-ups de la vigne, du vin et de l’œnotourisme

Avec l'envie d'encourager l'innovation dans le secteur viticole, l'entrepreneur bordelais aux quarante châteaux a décidé d'héberger ce projet dans l'une de ses propriétés bordelaises.

Pendant que la France tournait au ralenti durant le confinement, le cerveau de Bernard Magrez, lui, n'était pas sur pause, loin s'en faut. Stoppé dans ses élans œnotouristiques, mais toujours une idée sous le chapeau, le propriétaire bordelais a résolu d'installer au château Le Sartre, propriété qu'il a acquise en 2017 au cœur de l’appellation Pessac-Léognan (Bordeaux), le premier incubateur dédié aux start-ups de la vigne, du vin et de l’œnotourisme. Cette philosophie de mécénat n'est pas une nouveauté pour celui qui soutient déjà deux instituts de recherche contre le cancer, un orphelinat en Thaïlande, de nombreux artistes contemporains qu’il accueille en résidence dans son Institut Culturel, et quatre musiciens classiques talentueux à qui il prête des instruments de grande valeur.

La région bordelaise et les vins français font face à une concurrence internationale toujours plus virulente. Il est donc essentiel d’innover pour rester leader, affirme-t-il. Pour cela, j’ai doté mon entreprise d’un département de Recherche Scientifique il y a quatre ans déjà. Accompagner de jeunes start-ups afin de réinventer le secteur du vin de demain est dans la continuité de cette initiative, et c’est une expérience passionnante ! assure-t-il. Au plus près du vignoble et de l'activité viticole du château Le Sartre, les start-ups sélectionnées seront accueillies sur place dès l'automne et bénéficieront d’un programme d’accompagnement de six à vingt-quatre mois selon leurs besoins.

Château Le Sartre
Château Le Sartre

Des modalités de sélection strictes

L’incubateur Bernard Magrez propose 42 places, autant que de vignobles appartenant au Bordelais dans le monde. Les dossiers de candidature ont été étudiés en août par un comité de sélection composé d'un panel d'experts (KPMG, Inno'vin, Aquinov, CCI, Unitec), réunis aux côtés du chargé de mission chez Bernard Magrez SAS, Sébastien Labat, du directeur digital et du représentant marché chinois, le tout sous la présidence de Bernard Magrez, décisionnaire final. Nous étudions les dossiers selon trois critères, expose Sébastien Labat : la problématique à laquelle la start-up répond, la proposition, qui doit être innovante, originale, se démarquer ou, sans proposer quelque chose d'unique, un projet auquel croit le jury. Parmi les vingt-cinq candidatures reçues, une quinzaine de start-ups ont été retenues pour être hébergées sur place en ce premier millésime, avec l'objectif d'en accueillir quarante d'ici un an. Trois ou quatre s'intéressent à la production, les autres sont majoritairement sur le secteur digital, ainsi que sur la communication, la commercialisation, l’œnotourisme détaille le chargé de mission. Leur noms seront révélés d'ici à la fin de l'année.

Un suivi personnalisé

Chaque start-up bénéficie d'un accompagnement individuel adapté à son profil. Grâce à l'incubateur, possibilité leur est offerte de faire leurs propres expérimentations sur le vignoble, d'être épaulées dans la démarche de levée de fonds, aidées au développement commercial et suivies de façon régulière par un start-up manager. En termes de communication et de notoriété, les start-ups peuvent s'appuyer sur la visibilité du Groupe Bernard Magrez sur le web et les réseaux sociaux, ainsi que dans la presse nationale. Des sessions de coaching avec Bernard Magrez en personne, mais aussi des retours d'expériences d'entrepreneurs sont prévus, les partenariats favorisés avec des organismes innovants comme la WineTech, des spécialistes des start-ups, des établissements d’enseignement supérieurs liés au vin, ou des réseaux d’affaires professionnels.

Open space Château Le Sartre
Open space Château Le Sartre

Trois programmes

Selon son niveau d'avancement, la start-up peut bénéficier d'un des trois programmes mis en place, effectifs dès début 2021.

Le programme vendanges s'adresse aux entreprises aux balbutiements de leur projet, de façon préalable à un éventuel hébergement au château Le Sartre. Les entrepreneurs nous soumettent leur idée et nous leur permettons durant six mois de consolider leur projet, grâce à une aide à l'étude de marché, du conseil, en les mettant en contact avec de potentielles cibles... explique Sébastien Labat. C'est par exemple le cas de Luz environnement, start-up qui a développé la consigne de bouteilles et a pu, grâce au réseau de Bernard Magrez, nouer contact avec Veolia, Leclerc, Métro, et par le biais d'une recommandation publique sur Linkedin, décrocher une subvention.
Si, comme pour cette entreprise, le projet se concrétise, mais aussi pour les start-ups créées en autonomie, le programme Primeurs leur offre un hébergement de douze mois afin de consolider le lancement de leur produit ou prestation, et de se développer.
Enfin, pour les start-ups les plus matures, le programme Millésime les épaule durant six mois sur le développement commercial et la levée de fonds, la communication, les mises en relation... Pour exemple, la D-Vine, Nespresso du Vin est suivie et recommandée par l'incubateur pour élargir son portefeuille de clients.

Bernard Magrez
Bernard Magrez

Une démarche formatrice

Pour favoriser l'autonomie et la prise d'initiatives des start-ups, l'incubateur ne leur verse pas de fonds gratuits, mais les met en lien avec de potentiels clients, dont les vignobles Bernard Magrez. La start-up ne vit pas de levée de fonds mais de chiffre d'affaires, rappelle Sébastien Labat. Nous ne sommes pas un fonds d'investissement. Nous ne leur donnons pas purement et simplement d'argent, mais leur allouons des budgets en devenant leur client, et en leur confiant des missions rémunérées avec un objectif de résultat. Néanmoins, si Bernard Magrez est interpellé par la qualité d'un des projets, il pourra évidemment, à titre exceptionnel, investir.

Premier labellisé Wine Tech (l'équivalent dans le domaine du vin de la French Tech, qui rassemble des milliers de start-ups), l'incubateur Bernard Magrez a déjà été contacté par des start-ups étrangères et projette de créer à leur attention des visio-conférences dédiées.