Comment reconnaît-on un vin de garde ?

Comment reconnaît-on un vin de garde ?

Vous avez eu du vin à Noël et vous vous demandez combien de temps le conserver ? Voici nos astuces afin de vous aider à reconnaître un vin de garde...

Qu’est-ce qu’un vin de garde ?

Comme son nom l’indique, un vin de garde est susceptible de se garder. C’est-à-dire qu’il peut passer haut la main l’épreuve du temps.

Bien évidemment, ses caractéristiques sensorielles vont évoluer : les vins rouges perdent leurs pigments colorés (rubis ou violet) et prennent des teintes ambrées, les arômes évoluent vers des notes tertiaires (fruits confiturés, épices, cuir...), la structure en bouche est modifiée (plus de rondeur, tanins enrobés...).
Ces changements doivent se produire sans que le vin ne se décharne, qu’il perde sa complexité.

Un vin de garde a un style particulier

Tous les vins n’ont pas la capacité à vieillir avec panache, c’est au moment de la dégustation que l’on peut estimer leur potentiel.

L’équilibre en bouche est l’élément clé de l’histoire, et plus particulièrement l’acidité et la qualité des tanins (pour les rouges). Ces deux facteurs sont déterminants parce qu’ils constituent la colonne vertébrale du vin. Un vin sans acidité et/ou sans tanins est un vin sans avenir lointain.

La concentration est aussi importante, une cuvée peu colorée, avec peu de matière en bouche, peu de corps, ne sera pas ménagée par les années.

Un vin de garde est la résultante de beaucoup de paramètres

La qualité d’un vin est la résultante de beaucoup de travail, de la vigne à la bouteille. Un grand nombre d’éléments interviennent sur ses qualités organoleptiques et donc sur sa capacité à se garder : le cépage, le terroir, la culture de la vigne, la maturité, la vinification, l’élevage, l’effet millésime...

Si on regarde de plus près les grands vins de garde français, comme les crus de Bordeaux ou de Bourgogne, on remarque qu’ils proviennent de grands terroirs, favorables à une maturité optimale, à des rendements maîtrisés, et qu’ils sont élevés en fûts de chêne.

L’élevage en barriques est souvent gage d’une bonne prédisposition à la garde. Parce que les vins entonnés sont assez musclés pour tenir le bois et que les tanins apportés par ce dernier vont charpenter notre breuvage préféré.

Un vin de garde doit être conservé dans des conditions idéales

Qu’on se le dise, les conditions de stockage sont primordiales !
Les variations de températures, ou les extrêmes, vont endommager votre bouteille et ainsi porter préjudice à sa durée de garde.
L’idéal étant d’avoir la chance de posséder une jolie cave voutée ou d’investir dans une cave à vin (voir notre article Comment se constituer une cave à vin ?).

La qualité du bouchage est aussi essentielle. Les cuvées destinées à la garde doivent être munies de bouchons haut de gamme, prévus pour le vieillissement.

Un vin de garde a toujours une part de mystère

On aime le vin parce qu’il nous réserve toujours des surprises !
Même si on peut estimer la garde d’un vin, cela ne demeure qu’une prévision. De plus, une cuvée peut être décevante à un moment donné, puis s’ouvrir quelques mois après, et peut-être se refermer par la suite.

En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre caviste, ou directement auprès du domaine concerné. Les vigneronnes et les vignerons conservent des bouteilles issues des différents millésimes afin de faire des dégustations verticales qui permettent de comparer l’évolution d’une cuvée donnée sur plusieurs années.

Peut-être qu’en réalité, le plus compliqué va être d’avoir la patience de le garder ?